• Gnothi Seauton
  • "Les moyens peuvent être comparés à une graine et la fin à un arbre ; et il existe le même rapport intangible entre les moyens et la fin qu'entre la graine et l'arbre." Gandhi

  • « Les obstacles sont ces choses effrayantes que vous apercevez quand vous quittez votre but des yeux. » Hannah More

  • Votre article : cliquez⬇

    Gnothi Seauton
  • Le Guerrier Pacifique

  • Tout changement de vie est la conséquence d'un changement de conscience où le lâcher-prise et l'amour de soi sont les clés.

  • Tirage tarot

    Tarot
  • « L’erreur ne devient pas vérité parce qu’elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit. » Gandhi

  • Articles les plus consultés

  • "Même le deuil et la trahison peuvent nous apporter l’éveil" Bouddha

  • ” Il ne faut jamais blâmer la croyance des autres, c’est ainsi qu’on ne fait de tort à personne. Il y a même des circonstances où l’on doit honorer en autrui la croyance qu’on ne partage pas “ Bouddha

  • meditation

    ” Ne te fie pas aveuglément aux paroles d’autrui, même celles du Bouddha. Observe ce qui t’apporte personnellement le contentement, la paix et la lucidité : là est ton chemin “

    Bouddha

  • Nouvelle Terre

Envie d’aimer

aimer

” On ne peut vraiment aimer que lorsqu’on n’a plus besoin d’être aimé.”

Arnaud Desjardins

Merci pour cette citation Lénah

10 Réponses

  1. J’ai juste envie d’apporter une nuance entre le besoin d’être aimer et le désir d’être aimer.

    Je pense que le désir d’être aimer est inhérent à notre condition d’Homme. Lorsque ce désir se transforme en besoin, cela témoigne d’un manque, d’une souffrance et celle-ci nous empêche d’aimer, comme le dit si bien la citation.

  2. Cher Gnothi,

    Crois-tu qu’on puisse avoir le désir d’être aimé sans que ce soit un besoin?

    Je veux dire, l’amour ce définit par le don, l’amour désire se donner, comme tu l’as très bien illustré par cette main qui donne … ou demande?

    Donc est-ce que désirer être aimé ne va pas dans le sens contraire, et donc rejoint le besoin?

    Je me pose ces questions en même temps qu’à toi…

    Je pense que lorsqu’on vit l’expérience de l’Amour en nous, qui coule comme un fleuve immense, on a un tel sentiment de plénitude, qu’on n’a plus de désir, même celui d’être aimé.
    La récompense de l’Amour est d’aimer, dans le sentiment d’amour lui-même qui nous ouvre tout entier.

    Pour moi, s’il y a un désir associé à l’Amour, c’est celui d’aimer.

    Cependant, dans mon expérience, il y a un véritable plaisir, une joie, une complicité, une sensation d’unitude, de fraternité profonde avec l’autre lorsqu’on se sait aimé.
    Peut-être alors que ce serait ce désir là que nous recherchons?
    Le désir d’être Un dans l’ Amour l’un avec l’autre.

    « The greatest thing you’ll ever learn is just to love and be loved in return … » C’est ce que chante Stevie Wonder.

    Namaste,
    lénah

  3. Chère Lénah,

    Je vois le désir comme le choix conscient de profiter pleinement de notre condition d’homme.

    Comprendre et jouer avec le désir n’est possible qu’après avoir reconnu le caractère illusoire du besoin. Le besoin sous-entend le manque. En réalité, le manque n’existe pas. Nous ne manquons de rien. Tout nous est offert en abondance. Il suffit simplement d’en avoir Conscience et de le choisir. Il faut aussi être capable de reconnaitre le temps comme une illusion et donc pas comme un obstacle à notre abondance.

    La frontière est mince entre les sentiments conscients du désir et ceux, inconscients, du besoin.

    Le désir appelle l’abondance, le besoin appelle le manque…

    Le temps importe dans le besoin de combler mes manques tandis que le temps n’existe pas dans le plaisir de désirer.

    Personnellement, c’est le désir d’aimer et d’être aimer en retour qui me rend heureux. Mais j’ai connu une période ou le besoin d’aimer et d’être aimer me faisait souffrir.

    Je crois que notre égo est sensiblement lié à notre Etre. Son caractère éphémère ne doit pas nous empêcher de le reconnaitre pour ce qu’il est. Souviens-toi, tu m’avais dit avoir déjà eu ce débat sur le forum de Conversations avec Dieu. Je crois que nous pouvons satisfaire l’égo pour autant qu’on ne s’identifie pas à celui-ci. Je crois qu’il existe pour toi, comme pour moi, nombreux moments où l’égo intervient dans notre vie sans pour autant nuire. Et c’est justement la capacité à ne pas s’identifier à celui-ci qui nous permet d’utiliser notre égo plutôt que d’Etre notre égo. C’est la création de cette forme qu’est l’égo qui rend la vie d’Homme possible. C’est de nous percevoir en tant qu’individualité qui dessine le chemin vers l’Un. Et notre bonheur se trouve sur le chemin…

    L’Amour ré-unis…

    Le désir ne demande pas être comblé. Le désir est un état qui se suffit à lui-même…

    Alors, je reconnais le plaisir d’être aimer. En faisant cela, je reconnais mon égo. Mais en même tant, je reconnais le besoin d’être aimé comme une illusion. En faisant cela, je reconnais mon Dieu intérieur…

    Je crois que c’est ce cadeau que nous nous sommes offerts en nous faisant Homme. La nuance qui nous perd est que, si ce cadeau nous appartient, ce n’est pas pour autant que nous sommes le cadeau.

    Namaste

  4. Cher Gnothi,

    Merci pour tes explications qui m’éclairent.
    Ta définition du désir en est pour beaucoup.

    Car je crois que pour moi, désir et besoin étaient quasiment la même chose, dans ma conception. Mais quand tu définis le désir comme un choix conscient de faire une expérience qui nous épanouit, nous reflète, nous permet de goûter à la sensation de vivre dans ce corps humain, je comprends mieux.

    Pour moi, le désir était associé à beaucoup de souffrances et de frustrations et donc c’était en fait un besoin, une illusion de manque, une illusion de croire que telle ou telle chose, situation, me rendrait heureuse.

    Concernant l’ego, je vais lever un peu le pied là-dessus car je suis « mal » placée pour en parler vraiment, mon ego étant encore bien « vivant ». Mais j’ai confiance dans l’enseignement des Maîtres qui pour la plupart, nous encouragent à l’abandonner, et qui eux-même manifestent un état sans ego.

    Mais je commence à comprendre le nœud de cette soi-disant polémique.

    La pédagogie de Conversations avec Dieu est basée sur la destruction de la pensée binaire bien/mal, sur le concept de séparation. Elle enseigne l’Unitude de toutes choses.
    En conséquence, dans CAD, même si les manigances de l’ego sont dénoncées clairement, il n’est pas condamné, afin qu’il n’y ait rien dans notre expérience que nous puissions juger mal, rejeter, dont nous puissions nous sentir séparé.
    C’est cela l’Unitude. C’est le Oui à tout, même à l’ego. MAIS dans le sens où tu l’expliques et que tu tout le monde ne comprend pas toujours.
    Je réagis surtout aux expressions d’attachement à l’ego, car c’est un piège, ou disons, dans l’esprit de CAD, que ça rend le chemin plus ardu. C’est surtout à cet aspect de l’ego dont je veux me détacher.

    Je suis en train de lire actuellement le dernier livre de Neale Donald Walsch, écrit en tant que tel, qui s’appelle : « When everything changes, change everything » (Quand tout change, changez tout) Je crois qu’il n’est pas encore édité en français.
    Avec l’approche en spirales qui le caractérise, NDW s’adresse en priorité à toutes les personnes qui vivent un changement perturbant voir douloureux dans leur vie: décès, maladie, chômage, etc… et il démonte pas à pas les mécanismes mentaux qui nous enferment dans la souffrance.
    Je n’en suis qu’au tiers mais je suis arrivée hier à un passage sur l’ego qui te rejoint tout à fait… comme par hasard! (smile)

    « A présent laissez-moi expliquer ce qu’est l’ego et ce qu’il n’est pas. L’ego est la partie de votre mental qui fait une différence entre « vous » et « tout le reste ». En tant que tel, il est une partie vitale de la technologie de la pensée. C’est cette partie qui peut concevoir non seulement une pensée mais aussi le penseur de la pensée;
    Cet ego est ainsi l’un de vos plus grands cadeaux, parce qu’il vous permet de faire l’expérience de vous-même en tant que « vous », et pas les autres et tout le reste. La Vérité Vraie est que vous ÊTES tous les autres et tout le reste… mais la partie de Tout Ce qui s’appelle elle-même « vous » doit être capable de faire l’expérience d’Elle-même de façon séparée, sinon Elle ne peut pas faire ce pourquoi Elle est devenue matière. Elle ne peut pas faire l’expérience de ce dont elle est venue faire l’expérience. De cette façon, Elle s’est individualisée – et l’ego est l’outil avec lequel Elle fait cela.»

    [ L’apparente contradiction entre nous est que je fais la différence entre l’ego invalidant et la personnalité, l’individualité, alors que CAD en fait un tout]

    « L’ego sait déjà que Qui Vous Êtes vraiment est plus vaste que la partie de la conscience de vous-même qui ne réside que dans votre mental. En ceci, l’ego est un grand cadeau, un merveilleux dispositif, un incroyable outil .
    Cependant votre ego peut mal tourner et quand c’est ce qu’il fait, il est comme un de ses ordinateurs fugueurs qu’on voit dans les histoires de science-fiction qui se met soudain à penser que c’est LUI le maître, plutôt que vous soyez sont propriétaire.
    Quand votre ego tourne mal, non seulement il continue à faire le boulot de vous séparer de Tout le Reste, mais en plus il vous sépare de votre Soi. Il vous fait penser que vous êtes LUI, pas que LUI est une partie de vous. L’ego a alors fait une confusion sur le but de son travail, en imaginant qu’il doit vous protéger de Vous-même. »
    (Pages 82,éditions EmNin, 2009)

    [ Voilà! c’est de cet ego-là dont je parle, celui qui fait le tyran et qui nous coupe de Qui On est vraiment!]

    En allant sur le blog de Shandora « Au delà-de l’illusion » (d’ailleurs Shandora, si tu me lis, je n’arrive pas à te joindre ni sur ton blog ni sur ton mail), Shandora fait une réflexion très pertinente qui m’a interpellée.
    Elle observe que lorsqu’elle revoit des souvenirs, elle « se » voit en train de les vivre. Par exemple, si elle est partie faire du vélo (je raconte de mémoire) elle « se »voit en train de faire du vélo. Logiquement, pourtant, elle devrait voir plutôt ses mains, le guidon, le chemin devant elle quand elle pédale, etc…et non pas se voir comme un observateur éloigné.

    En observant mes propres souvenirs, je me suis aperçue que c’était tout à fait vrai.
    Cependant, en fouillant dans mes souvenirs, je me suis rappelée mon plus ancien souvenir, où j’ai 18 mois (!) qui m’a été confirmé par une photo datée sur l’album de famille. Je suis au bord de la mer, de l’eau jusqu’aux mollet, et ma grand-mère me tient la main en souriant. Mais pas moi.
    Or je me souviens très bien de la sensation désagréable de l’eau sur les jambes de mon pantalon, collant le tissu sur ma peau, et que ça ne me plaisait pas du tout, mais JE NE ME VOIS PAS!
    Dans ce souvenir, je vois le bas de mes pieds, l’écume des vagues autour de mes mollets et ma mère sur la plage qui me fait des grands signes avec l’appareil photo, la plage devant mes yeux, comme dans un véritable vécu.

    J’en déduis donc, à la lumière de ce texte de Neale et aussi ce que tu as écris, que c’est l’ego qui fabrique cette représentation individualisée de soi, qui n’existe pas encore chez le bébé, et qui se fabrique de toute pièce au fur et à mesure du développement intellectuel.

    Ce qui est en parfaite adéquation avec ce qu’enseignent les Maîtres, que l’ego est une fabrication factice, et de ce que Neale et toi dites, que cette fabrication est nécessaire ( du moins pendant un certain temps , à mon avis) pour que le jeu de la vie puisse avoir lieu. Il faut que l’argile (Pure Conscience Témoin) ce fasse poterie séparée et individualisée des autres poteries pour faire l’expérience de la Vie.

    Qu’en penses-tu?

  5. Cela me fait penser aussi à une histoire hindoue qu’on m’a racontée mais que je n’arrive pas à retrouver dans le texte, donc pardon si elle est un peu déformée.

    Le Dieu Shiva décide de descendre sur la terre parmi les humains pour les aider, ou résoudre un problème particulier entre deux personnes qui l’ont invoqué, et pour la circonstance en cause, il se transforme en très belle jeune femme.

    Il fait ce qu’il a à faire et à un moment donné, se trouvant près d’une mare, il voit son reflet dans l’eau et « se » trouve très belle. Aussitôt il oublie qui il est vraiment et s’enferme dans ce personnage.

    Je crois que c’est une des personnes qui l’a invoqué et qu’il a aidée qui lui rappelle qu’il n’est pas cette femme et de retourner dans les Cieux.

    J’aime beaucoup cette histoire – et si vous la connaissez ou la retrouvez, dites-le moi! merci! – parce qu’elle illustre très bien tout ce qui a été dit ici.

    L’individualité est nécessaire pour faire l’expérience de la vie humaine, mais qu’elle ne nous fasse pas oublier notre véritable nature. Le but du jeu est d’abord de se servir de l’illusion individuelle, de l’expérience de ce que nous ne sommes pas, pour vivre grâce à cela l’expérience de Qui Nous Sommes vraiment.
    On ne peut pas jouer à cache-cache si on ne se cache pas d’abord…et toute la joie est dans la découverte!

    Namaste,
    lénah

    • waouh Lenah, j’adore cette histoire! elle illustre très bien, ce que nous vivons! J’aimerais bien connaitre l’histoire complète, si un jour te la retrouves!

      Je crois aussi que l’ego sert juste le temps de jouer ce jeu, et ensuite, petit à petit, ou d’un coup, l’ego part….

      Je crois que quand l’ego est partie, effectivement, on n’a plus besoin d’être aimé, ni le désire (qui, pour moi, quand même, est presque pareil) car il n’y a pas d’autres pour nous aimer. On sait qu’on est Un….et on ne pourra pas faire autrement que d’aimer, parce qu’on aime chaque partie de Soi…et même si « les autres » semblent ne pas nous aimer….on sait très bien, que c’est faux…parce qu’il n’y a pas d’autres…

      Ehm, parfois j’ai du mal à m’exprimer, ça a un sens pour toi?

      bises!!!

  6. TOUT A FAIT!
    Je suis touchée par ta compréhension de cette Unitude. « L’un sans second » selon la formule hindoue.
    L’ego est un outil qu’on peut laisser tomber une fois qu’on a finit de jouer aux Legos…c’est ce qu’on fait tous les Maîtres.
    Ca peut nous faire peur, quand on est identifié à cette pensée identificatrice, car c’est une sorte de mort de la laisser.
    Mais ce qu’on trouve derrière est tellement incomparable!
    Avec amour,
    Lenah

  7. J’ai envie que quelqu’un soit là
    D’être serrée trop fort dans ses bras,
    D’être embrassée ardemment et sauvagement,
    Puis d’être rassurée par des paroles de miel au creux de mon oreille.
    J’ai envie d’être aimée…

    J’ai envie de savoir que pour quelqu’un,
    Je représente le monde et même plus encore.
    D’être pour cette personne un ange tombé du ciel
    Une fée aux doigts magiques,
    Une sirène au regard de velours,
    Un démon d’amour remontant des entrailles de la Terre.
    D’être aimée avec mes craintes et mes désirs,
    Mes vertus et mes vices,
    Simplement pour moi,
    J’ai envie d’être aimée…

    J’ai envie de regards pétillants,
    De faire naître des étoiles dans les yeux d’un autre.
    J’ai envie de regards flamboyants,
    Que les flammes me consument toute entière,
    Pour pouvoir, chaque fois, renaître de mes cendres.
    J’ai envie de regards passionnés,
    Que l’air s’électrifie à notre approche.
    De pouvoir toucher ce lien intangible,
    Le caresser, l’effleurer du bout des lèvres, l’enrouler autour de moi,
    Qu’il me plie à ses désirs,
    Que je le plie aux miens.
    J’ai envie d’être aimée…

    J’ai envie de monter si haut,
    Plus haut que l’on n’est jamais allés.
    Embrasser le soleil,
    Me promener sous une pluie de feu,
    À chacun de mes pas, faire s’envoler de la poussière d’étoiles.
    Les tenir toutes entre mes doigts,
    Jouer avec elles,
    Les laisser couler, se fondre à nos corps.
    Puis en redécorer les cieux.
    De cette luminescence, tracer les mots :
    « J’ai envie d’aimer! »

    L’amour n’est pas une chose facile et par la même occasion n’est pas une chose que tout le monde s’est donner,je dirai plutôt que ce type de sentiment, n’est pas donner à tout le monde.

    Enfin oui, mais seulement certains d’entre-nous sont capable d’aimer pour aimer et non pas pour obtenir.

    Merci pour cette citation

    Edmond

  8. Cher Edmond,

    Très beau poème, qui exprime toute la passion, l’attachement et le désir humain et qui illustre tout à fait ce que l’amour N’EST PAS.

    « Les gens passent toute leur vie à rechercher ce qu’ils possèdent déjà.
    Ils l’ont, parce qu’ils le sont.

    Tout ce que vous avez à faire pour obtenir l’Amour est d’ÊTRE Amour. »

    (Communion avec Dieu, N.D. Walsch)

  9. Tout à fait d’accord avec toi,

    Jamais eu l’occasion de lire les ouvrages de N.D Walsch…

    Mais rien que part ce petit extrait « Tout ce que vous avez à faire pour obtenir l’Amour est d’ÊTRE Amour.” je comprends déjà que cela doit-être une lecture intérèssante.

    Merci

    edmond

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :