• Gnothi Seauton
  • "Les moyens peuvent être comparés à une graine et la fin à un arbre ; et il existe le même rapport intangible entre les moyens et la fin qu'entre la graine et l'arbre." Gandhi

  • « Les obstacles sont ces choses effrayantes que vous apercevez quand vous quittez votre but des yeux. » Hannah More

  • Votre article : cliquez⬇

    Gnothi Seauton
  • Le Guerrier Pacifique

  • Tout changement de vie est la conséquence d'un changement de conscience où le lâcher-prise et l'amour de soi sont les clés.

  • Tirage tarot

    Tarot
  • « L’erreur ne devient pas vérité parce qu’elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit. » Gandhi

  • Articles les plus consultés

  • "Même le deuil et la trahison peuvent nous apporter l’éveil" Bouddha

  • ” Il ne faut jamais blâmer la croyance des autres, c’est ainsi qu’on ne fait de tort à personne. Il y a même des circonstances où l’on doit honorer en autrui la croyance qu’on ne partage pas “ Bouddha

  • meditation

    ” Ne te fie pas aveuglément aux paroles d’autrui, même celles du Bouddha. Observe ce qui t’apporte personnellement le contentement, la paix et la lucidité : là est ton chemin “

    Bouddha

  • Nouvelle Terre

L’homme qui voulait être sage

L’homme qui voulait être sage

Un homme captura un jour un serin. L’oiseau, si petit qu’il tenait dans la paume de sa main, tenta de négocier sa liberté en ces termes : Qu’attends-tu donc de moi ? dit-il. Je suis si petit, si maigre, je n’ai que la peau sur les os ! Rends-moi la liberté ! En échange, je te dirai trois vérités très utiles.

Soit, dit l’homme. Mais comment pourrai-je savoir si tes vérités sont utiles pour moi ?

C’est très simple, répondit le serin. Je te dirai la première vérité lorsque je serai encore dans ta main. Je te dirai la seconde lorsque je serai sur la branche de cet arbre ; ainsi, tu auras encore le pouvoir de me rattraper si cette vérité ne te convient pas. Enfin, je te dirai la troisième, la plus importante, lorsque je serai là-haut dans le ciel.

D’accord, dit l’homme. Dis-moi la première vérité. La voici dit le serin : si tu perds quelque chose, s’agirait-il de ta propre vie, tu ne dois pas le regretter.

Voilà une vérité profonde, pensa l’homme : le non attachement aux formes extérieures, en effet, est le secret de la vraie liberté. Et il ouvrit la main. L’oiseau s’envola sur la branche, d’où il proféra sa deuxième vérité : Si on te raconte une absurdité, n’y crois sous aucun prétexte avant d’en avoir eu la preuve !

Très bien, dit l’homme, tu es beaucoup plus sage que ne le laissait prévoir ton minuscule crâne d’oiseau : l’être humain, en effet, est naturellement attiré par le mensonge et l’illusion, nés de sa convoitise ! Mais quelle est donc la troisième vérité ?

C’est, lui répondit le serin qui planait désormais dans les hauteurs du ciel, que j’ai dans l’estomac, deux diamants gros chacun comme un de tes poings. Si tu m’avais tué, ta fortune était faite !

Fou de rage, l’homme tenta de jeter des pierres au serin. Puis, s’accusant, maudissant sa stupidité, il se mit à pleurer sur son sort.

Imbécile ! s’exclama l’oiseau. Je t’ai dit de ne jamais regretter aucune chose, et tu regrettes déjà de m’avoir libéré ! Je t’ai dit de ne jamais croire une absurdité, et tu m’as cru lorsque j’ai prétendu, moi qui tiens dans la paume de ta main, avoir avalé deux diamants gros comme tes poings ! En raison de ta convoitise et de ton aveuglement, tu ne pourras jamais voler dans le ciel comme moi !

Etre sage nécessite de développer son niveau de conscience, un effort de tous les instants. La conscience n’est pas une destination finale mais un chemin difficile avec une vigilance permanente, car les obstacles de l’inconscience sont prêts à surgir à tout moment.

Une Réponse

  1. Ce que j’aime beaucoup dans cette histoire, et que je trouve très vrai, c’est ce gouffre qu’il y a, au début du chemin, entre la compréhension intellectuelle et la conviction profonde.

    L’homme a bien compris la sagesse de l’oiseau et l’a reconnue comme telle, mais il n’a pas reconnu l’occasion qui lui était donnée de la mettre en pratique.

    Cette compréhension était superficielle, à la surface de sa conscience, alors que bien enfouies en lui, il y avait encore la peur de perdre, de manquer, et la colère de croire que le monde est rempli d’ennemis qui nous veulent du mal. Ce sont elles qui ont immédiatement repris le dessus.

    Cette histoire, c’est la nôtre. Tant qu’on réagira comme l’homme, c’est qu’on n’est pas encore sur le chemin. Juste à l’entrée, à lire la direction à prendre.

    C’est pourquoi je serais moins dure que l’oiseau qui l’a traité d’imbécile. Nous devons tous passer par là, ça fait aussi partie de l’aventure de la vie, il faut souvent du temps pour que les vérités spirituelles descendent dans notre coeur et deviennent spontannées.

    Et c’est vrai ce que tu dis, plus nous nous efforçons de rester conscient de ce qui se passe en nous et autour de nous, d’observer notre mental au lieu de nous identifier à lui, plus rapide sera le processus.

    Merci pour cette très belle histoire que je vais certainement te piquer… :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :