• Gnothi Seauton
  • "Les moyens peuvent être comparés à une graine et la fin à un arbre ; et il existe le même rapport intangible entre les moyens et la fin qu'entre la graine et l'arbre." Gandhi

  • « Les obstacles sont ces choses effrayantes que vous apercevez quand vous quittez votre but des yeux. » Hannah More

  • Votre article : cliquez⬇

    Gnothi Seauton
  • Le Guerrier Pacifique

  • Tout changement de vie est la conséquence d'un changement de conscience où le lâcher-prise et l'amour de soi sont les clés.

  • Tirage tarot

    Tarot
  • « L’erreur ne devient pas vérité parce qu’elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit. » Gandhi

  • Articles les plus consultés

  • "Même le deuil et la trahison peuvent nous apporter l’éveil" Bouddha

  • ” Il ne faut jamais blâmer la croyance des autres, c’est ainsi qu’on ne fait de tort à personne. Il y a même des circonstances où l’on doit honorer en autrui la croyance qu’on ne partage pas “ Bouddha

  • meditation

    ” Ne te fie pas aveuglément aux paroles d’autrui, même celles du Bouddha. Observe ce qui t’apporte personnellement le contentement, la paix et la lucidité : là est ton chemin “

    Bouddha

  • Nouvelle Terre

Je suis au-dessus de lui

Un individu misérable et dépenaillé, qui ressemblait fort à un mendiant, pénétra un jour dans le palais du calife de Bagdad, en son absence et s’assit carrément sur le trône vide.

Les gardes, devinant quelque chose d’inhabituel et peut-être  de surnaturel, n’osèrent pas le jeter dehors. Ils appelèrent le chambellan, qui accourut et demanda à l’homme en guenille:

 – Sais-tu que tu occupes le siège du calife des Abbasides, qui es le Commandeur des Croyants?

 – Oui, je le sais.

 – Et, sais-tu qui est le calife?

 – Je le sais et je suis au dessus de lui.

Le chambellan réfléchit un instant puis,haussant le ton,il dit:

 – As-tu perdu ton intelligence à cause de ta pauvreté? Ne sais-tu pas qu’au-dessus du calife, il n’y a que le prophète Mohammad?

 – Je le sais, dit le miséreux.

 – Et sais-tu qui est le prophète?

 – Je le sais et je suis au-dessus de lui.

Les gardes paraissaient scandalisés. Ils levaient leurs armes pour les abattre sur l’intrus, qui paraissait tout à fait calme.

Le chambellan les arrêta d’un geste et posa une dernière question:

 – Ne sais-tu pas qu’au dessus du prophète Mohammad il n’y a que Dieu?

 – Je le sais, répondit le mendiant.

 – Et ne sais-tu pas qui est Dieu?

 – Je le sais et je suis au-dessus de lui.

 – Au-dessus de Dieu? Sais-tu ce que tu dis? Mais au-dessus de Dieu, il n’y a rien!

 – Je sais, dit l’homme en guenille sans bouger du trône. Et justement je suis ce rien.

Empreinte de pas

pensamiento creativo

Une nuit, un homme fit un songe.
Il rêva qu’il marchait en compagnie de Dieu, sur la rive.
A chaque scène, il remarquait une double trace de pas dans le sable, la sienne et celle de Dieu.
Quand la dernière image s’effaça, il repensa aux traces de pas et s’aperçut qu’à divers reprises, le long du sentier, il n’y avait qu’une seule empreinte de pas dans le sable. Il se rendit compte que cela correspondait aux moments les plus sombres et les plus tristes de sa vie.

Il s’adressa à Dieu : « Seigneur, dit-il, tu avais dit que tu m’accompagnerais tout le long de la route.
Mais je constate qu’aux heures les plus pénibles de ma vie, je ne puis retracer qu’une seule série d’empreintes sur le sable. Je ne comprends pas qu’au moment ou j’avais le plus besoin de toi, tu m’aies délaissé ».

Dieu répondit : « Mon enfant, je t’aime et je ne saurais t’abandonner. Aux jours d’épreuves et de souffrances, quand tu ne vois qu’une trace de pas, c’est qu’alors, je te portais ».

(Source : Hard World )

Demande à l’enfant qui est en toi.

La métaphore du partage de « poux » reste la cerise sur le gâteau…

Peut importe ce qu’elle dit, ce qui importe, c’est qu’elle veut se sentir vivre ! Elle veut être en accord avec ce qu’elle ressent. Alors quand ce qu’elle voit ne correspond pas à ce qu’elle ressent, elle se pose des questions. Elle interroge le Dieu qui en elle…

La petite fille :

« – Si on aime quelqu’un, pourquoi on le quitterait? »

 » – Moi personne ne m’a expliqué ça… »

Promesse de la Vie

pensamiento creativo

Dieu ne t’a pas promis de journée sans douleur, de rires sans regrets, de soleil sans la pluie, mais Il t’a promis du courage pour la journée, du réconfort pour les larmes, et de la lumière pour la route.

Pourquoi suis-je gentille?

capture_1

J’aime beaucoup cet article/témoignage de Lénah sur « Dieu Autrement » :

« 28 octobre 2007

Pourquoi est-ce que je prie? Pourquoi est-ce que je médite? Pourquoi est-ce que je fais tout ce travail spirituel…?

Je crains fort que la réponse sincère qui sort du fond de mon coeur est : Parce que je veux… »

Suite

Le paradis

Depuis toujours, les religions nous promettent un paradis, un éden, un endroit magnifique où tout serait grandiose et magnifique.

Certains meurent en pensant y accéder. D’autres meurent et tuent par la même occasion, pensant ainsi gagner leur place…

On prie et re-prie pour y avoir droit. On craint de commettre l’irréparable qui nous enlèverait à jamais cette douce promesse d’un monde parfait après la mort.

Quelqu’un sait-il finalement ce qu’est le paradis?

Certaines de nos mauvaises actions nous empêcheraient d’y accéder? Au fait, Hitler est-il au paradis? Et George Busch, fervent Chrétien et dirigeant de la plus grande puissance mondiale, responsable de millier de morts pour une cause dont les véritables objectifs sont flous… ira-t-il au paradis?

Et puis vous? Si vous deviez mourir demain, auriez-vous votre place?

Puis-je partager avec vous ma vision du paradis…? Celle que je ressens au plus profond de moi. Une vision qui n’a rien de symbolique…

Je pense que le paradis est plus accessible que nous le croyons. Je pense que le paradis doit nous permettre de toucher au bonheur absolu. Je pense que le paradis doit nous permettre de vivre pleinement la version la plus grandiose de nous-même. Je pense que le bonheur n’a pas de sens s’il ne peut être partagé et donc le paradis doit nous permettre cette expérience de partage. Je pense que pour connaitre le bonheur de façon perpétuelle, nous devons constamment être confronté à la possible absence de bien-être.

Je pense que lorsque nous serons au paradis nous brillerons d’une lumière qui sera des plus éclatante et son éclat sera d’autant plus beau que nous seront entourés d’obscurité…

Je pense que le paradis est sur terre…

(Citation)

L’enfer et le paradis

Merci à Aurore de « Rêve d’envol » de m’avoir envoyé cette belle histoire…

« Un saint homme tenait un jour une conversation avec Dieu. Il lui dit : Seigneur, j’aimerais savoir comment est le paradis et comment est l’enfer ? Dieu conduisit le saint homme vers deux portes. Il ouvrit l’une des portes et permit au saint homme de regarder à l’intérieur. Au milieu de la pièce, il y avait une immense table ronde. Au milieu de cette table, il y avait une grosse marmite contenant un ragoût à l’arôme délicieux. Le saint homme saliva d’envie. Les personnes assises autour de cette table étaient maigres, livides et malades. Elles avaient toutes l’air affamées. Elles tenaient des cuillères aux très longs manches,attachées à leurs bras. Toutes pouvaient atteindre le plat de ragoût et cueillir une cuillerée. Mais, comme le manche de la cuillère était plus long que leurs bras, elles ne pouvaient ramener les cuillères dans leur bouche. Le saint homme frissonna à la vue de leur misère et de leurs souffrances.

Dieu dit : Tu viens de voir l’enfer. Dieu et le saint homme se dirigèrent vers la seconde porte. Dieu l’ouvrit. La scène que vit le saint homme était identique à la précédente. Il y avait la grande table ronde, la marmite de délicieux ragoût qui fit encore saliver le saint homme. Les personnes autour de la table étaient également équipées des cuillères aux longs manches. Cette fois, cependant, les gens étaient bien nourris, replets, souriants et se parlaient les uns aux autres en riant.

Le saint homme dit à Dieu : Je ne comprends pas ! C’est simple, répondit Dieu, ça ne prend qu’une seule habileté. Ils ont appris à se nourrir les uns les autres tandis que les gloutons et les égoïstes ne pensent qu’à eux-mêmes. »

%d blogueurs aiment cette page :