• Gnothi Seauton
  • "Les moyens peuvent être comparés à une graine et la fin à un arbre ; et il existe le même rapport intangible entre les moyens et la fin qu'entre la graine et l'arbre." Gandhi

  • « Les obstacles sont ces choses effrayantes que vous apercevez quand vous quittez votre but des yeux. » Hannah More

  • Votre article : cliquez⬇

    Gnothi Seauton
  • Le Guerrier Pacifique

  • Tout changement de vie est la conséquence d'un changement de conscience où le lâcher-prise et l'amour de soi sont les clés.

  • Tirage tarot

    Tarot
  • « L’erreur ne devient pas vérité parce qu’elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit. » Gandhi

  • Articles les plus consultés

  • "Même le deuil et la trahison peuvent nous apporter l’éveil" Bouddha

  • ” Il ne faut jamais blâmer la croyance des autres, c’est ainsi qu’on ne fait de tort à personne. Il y a même des circonstances où l’on doit honorer en autrui la croyance qu’on ne partage pas “ Bouddha

  • meditation

    ” Ne te fie pas aveuglément aux paroles d’autrui, même celles du Bouddha. Observe ce qui t’apporte personnellement le contentement, la paix et la lucidité : là est ton chemin “

    Bouddha

  • Nouvelle Terre

La créativité

Le mental intuitif est un don sacré et le mental rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don.
Albert Einstein

L’Homme n’est pas qu’intelligence. Il est Energie. Pendant de nombreuses vies, il s’est défini en tant qu’intelligence et a perdu le lien avec l’énergie, avec le flux créateur. L’Homme est Créativité, Force de Vie, l’Esprit Divin s’écoulant à travers soi dans le Maintenant.

Le non-jugement est la condition sine qua non de la créativité.

L’Univers est Création. L’Homme est co-créateur. L’avenir de l’Homme est l’indépendance et la créativité.

Il suffit de se poser deux questions :

1 – Suis-je heureux dans mes activités ? Mon travail, mes relations sociales, etc.

2 – Qu’est-ce qui résonne le plus profondément en moi ? Qu’aimerais-je faire ?
Si la réponse est « oui » à la première question, alors c’est la bonne voie. Si la réponse est « non », alors il faut envisager une autre voie en passant à la deuxième question.

Analyser son enfance, son adolescence… Qu’aimiez-vous le plus ? La réponse s’y trouve.

Ensuite, il suffit de passer à l’action. C’est-à-dire faire ce que vous aimez le plus, ce qui correspond à votre « Légende Personnelle ». Et sans peur, évidemment, car la peur et la « pression sociale » (l’effet caméléon) limitent et inhibent toute action, toute créativité.

Etre=> Faire=> Avoir

Et non :

Avoir=> Faire=> Etre

La société tente d’induire le raisonnement suivant : Si j’avais (beaucoup d’argent), alors je ferais ceci, alors je serais heureux. C’est faux, c’est absurde et ça ne marche jamais. C’est une forme de manipulation sournoise. La plupart de ceux qui travaillent pour l’Etat, dans les banques, à la poste ou dans des grandes multinationales ou autres entreprises qui écrasent la personnalité, sont rarement heureux. Ils n’ont pas (ou pas encore) créé leur « Légende Personnelle ». La frustration de ne pas avoir osé créer et de ne pas avoir atteint son but engendre l’agressivité, contre-productive. Chacun est unique et chacun a un but unique dans la vie. Chacun est exceptionnel.

L’homme est un créateur infini d’une puissance infinie.

Le seul raisonnement possible est le suivant : je suis heureux dans ce que je fais, j’éprouve du plaisir, donc je crée, et, en conséquence, j’ai. Car c’est la seule Loi Naturelle. C’est la Loi Universelle. Donc :

Etre=> Faire=> Avoir

Ne pas juger autrui, faire fi de tout jugement, de toute opinion extérieure, et…
Oser Etre et oser Créer !

Source : http://silver-wolves.com/articles/creativite.htm

Dieu

1129495940galregentkaw7kg1.jpg

Au fil des articles, vous aurez remarqué que de nombreuses fois, il est fait allusion à Dieu. Je pense qu’il serait intéressant pour les lecteurs que je sois plus clair quant à la signification que je donne à ce terme, car celui-ci peut être représentatif de beaucoup de choses.

Si je trouve cela important, c’est aussi parce que dans la réflexion que je partage avec vous, je ne prône aucune appartenance religieuse. Cela dit, je respecte toute religion sans m’interdire de poser un regard critique au sujet des différents projets qui sont proposés au sein même de celles-ci.

Différents Hommes ont propagé une idée grandiose qui a donné naissance à de multiples religions. Ces Hommes ont une histoire, une époque et finalement un contexte de vie dont les enjeux nous échappent partiellement ou totalement . Ils ont propagé leur idée en tenant naturellement compte des mœurs de leur époque. Ils ont pris des risques car quelque soit leur manière de communiquer, leurs idées ne pouvaient faire autrement que de déranger. Ils se sont, pour certain, exposés à un harcèlement acharné à un point tel qu’ils en sont morts. Parfois dans d’horrible souffrance. Cette souffrance a pour la plupart du temps servi leur cause…

Il existe beaucoup de point commun entre les grandes religions de ce monde. Notamment, les plus grandes parlent d’un dieu unique responsable de toute vie et en fait de toute chose sur cette planète et ailleurs.

Je ne nie pas l’existence de Dieu. Je donne juste une signification différentes à ce qu’Il représente. Pour moi, Dieu représente des concepts très paradoxaux. Il est à la fois tout, rien et juste cela… Les mots n’ont pas assez de force pour déterminer ce qu’est Dieu. C’est pour cela que l’on arrive à des concepts paradoxaux.

Dieu c’est l’eau, le verre qui contient l’eau, la goutte d’eau qui constitue l’eau et le vide que laisse l’eau quand elle n’est plus dans le verre. Dieu c’est aussi le vide qu’il y a autour du verre.

La plus grande erreur des Hommes est d’avoir pu croire qu’Ils étaient dissociés de Dieu. Que Dieu était un être séparé de l’Homme.

Sa deuxième erreur et de croire que le temps se définit sur une ligne et donc de se demander qui a commencé quoi et quand. Le temps n’existe pas tel qu’on le conçoit. Le passé et le futur sont des repères créés par l’homme pour se faciliter la vie et expliquer des phénomènes qui le dépassent. En réalité, seul le présent existe! Il n’y donc pas de commencement. Tout a toujours été…

« Tout ce qui est », « tout ce qui n’est pas » et « Dieu » sont une seule et même entité. Ce qui est et ce qui n’est pas… L’eau, le verre et le vide que laisse l’eau lorsqu’il n’est plus dans le verre. Tout cela, c’est Dieu.

Il n’y pas de logique à trouver dans ce qui est décrit ci-dessus. La logique est un mode de pensée que l’Homme a inventé pour délimiter ce qu’il croit savoir. En réalité, le concept de Dieu dépasse toute logique Humaine… Nous n’avons accès à ce concept que via notre ressenti le plus profond. Car ressentir c’est être Dieu… Comprendre et savoir interpréter son ressenti c’est savoir que nous sommes Dieu.

J’oppose le ressenti à la réflexion. Pourtant, les deux sont importants. Le ressenti est à la main ce que la réflexion est au jouet. On peut se passer de l’un mais pas de l’autre. On peut en mettre un de coté pour un moment mais pas l’autre. L’un nous appartient totalement mais pas l’autre. L’un est spontané et authentique mais pas l’autre…
Alors que 80% de notre vie est vouée au savoir et à l’instruction sous quelque forme qu’elle soit, je vous propose d’être attentif à l’autre versant de nous-même. Notre versant féminin

C’est notre versant supérieur!

La tâche ne sera pas facile car au fil des temps, nous avons mélangé notre ressenti et notre réflexion. Nous confondons parfois l’un et l’autre. Pensant prendre une décision avec notre cœur alors que celle-ci est simplement motivée par la raison

Nous jugeons aisément les personnes qui sont sensibles, attribuant leur comportement à de la faiblesse. Souvent, nous considérons les femmes comme faibles. Nos condamnons sans appel les hommes qui laissent paraitre leur féminité. Nous sommes encore moins tolérant car ils sont hommes.

Mais où se situe le problème? Alors que ces Hommes utilisent leur versant supérieur, ils sont marginalisés ou discrédité. Le problème ne se situe pas dans la manière d’utiliser leur ressenti mais plutôt dans le choix du moment pour l’utiliser. Systématiquement, ces personnes utiliseront leur ressenti dans des moments ou la peur les domine. Rapidement, les personnes qui seront témoins de ce choix systématique verront le ressenti comme une réponse d’abandon et de faiblesse à la peur.

On dit d’une personne qu’elle est sensible car nous l’avons souvent vue pleurer. C’est rare que nous qualifions de sensible une personne qui lors d’un enterrement souri et accompagne dignement ses proches dans leur deuil. C’est pourtant faire preuve d’une grande sensibilité que d’avoir ce genre d’attitude. Quelqu’un de raisonnable trouvera très mal placé de sourire dans de telles circonstances. C’est rare que nous qualifions de sensible quelqu’un qui ne s’inquiète pas de l’échec d’un de ses enfants à un examen décisif pour la réussite de ses études. C’est pourtant faire preuve d’une grande sensibilité que de penser que le potentiel de ses enfants ne peut être sanctionné par des examens…

C’est dans la recherche de cet état de pur ressenti qu’intervient la pratique de la méditation. Cela demande une très grande concentration de ne pas réfléchir. Cela peut paraitre bizarre mais pas vraiment puisque nous passons notre temps à réfléchir face à toutes les situations de la vie. Nous sommes malgré nous des êtres conditionnés.

A suivre…

« Si tu veux savoir quelle est ta vérité sur un sujet, vérifies comment tu te sens, par rapport à ce sujet. Tes sentiments sont quelques fois difficiles à découvrir et souvent plus difficile encore à reconnaitre. Mais, cachée dans tes plus profonds sentiments, se trouve ta plus grande vérité. » Neale Donald Walsch

%d blogueurs aiment cette page :