• Gnothi Seauton
  • "Les moyens peuvent être comparés à une graine et la fin à un arbre ; et il existe le même rapport intangible entre les moyens et la fin qu'entre la graine et l'arbre." Gandhi

  • « Les obstacles sont ces choses effrayantes que vous apercevez quand vous quittez votre but des yeux. » Hannah More

  • Votre article : cliquez⬇

    Gnothi Seauton
  • Le Guerrier Pacifique

  • Tout changement de vie est la conséquence d'un changement de conscience où le lâcher-prise et l'amour de soi sont les clés.

  • Tirage tarot

    Tarot
  • « L’erreur ne devient pas vérité parce qu’elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit. » Gandhi

  • Articles les plus consultés

  • "Même le deuil et la trahison peuvent nous apporter l’éveil" Bouddha

  • ” Il ne faut jamais blâmer la croyance des autres, c’est ainsi qu’on ne fait de tort à personne. Il y a même des circonstances où l’on doit honorer en autrui la croyance qu’on ne partage pas “ Bouddha

  • meditation

    ” Ne te fie pas aveuglément aux paroles d’autrui, même celles du Bouddha. Observe ce qui t’apporte personnellement le contentement, la paix et la lucidité : là est ton chemin “

    Bouddha

  • Nouvelle Terre

Education

Nos enfants n’apprennent rien de nos paroles, rien de nos discours moralisateurs…

Nos enfants apprennent de ce que nous sommes…

(Le conditionnement social)

S’aimer avant tout

pensamiento creativo

Avez-vous déjà pris l’avion?

Avant le décollage, une ou un steward explique les règles de sécurité et notamment celles qui concernent le masque à oxygène. Le steward explique qu’en cas de besoin, des masques tombent automatiquement du plafond et qu’il suffit de les mettre. Mais le steward insiste toujours sur une particularité de cette règle. Il explique que pour les passager accompagnés d’enfant, il faut impérativement que les parents mettent leur masque à oxygène avant de le mettre aux enfants!

C’est important de préciser cela car, instinctivement, on aurait tendance à vouloir d’abord le mettre à ses enfants. C’est un réflexe noble que celui de vouloir prémunir ceux qu’on aime avant soit-même…

Le seul problème en essayant de mettre le masque aux enfants avant nous-même, c’est que nous risquons de nous asphyxier avant de pourvoir le placer correctement à nos enfants. A ce moment là, les enfants seront livrés à eux-même et périront à leur tour faute de n’avoir pu mettre le masque…

Dans la vie, c’est exactement la même chose. Nous devons pouvoir nous prémunir nous même avant de pourvoir être soutenant pour notre entourage. Nous devons pouvoir respirer avant de pouvoir faire respirer les autres. Nous devons nous enrichir avant de pouvoir partager…

C’est une attitude saine que celle de s’occuper de nous avant les autres. Celles et ceux qui essayeront de faire autrement risquent l’asphyxie avant d’avoir pu faire don d’eux-même..

Tout le bien que vous vous octroyez deviendra un puits de richesse que vous pourrez partager ensuite!

Aimez vous d’abord et avant tout !

Vos enfants

Une femme qui tenait un bébé sur son sein dit, Parle-nous des Enfants. Et il dit : Vos enfants ne sont pas vos enfants. Ils sont fils et filles du désir de Vie en lui-même. Ils viennent par vous mais non de vous, Et bien qu’ils soient avec vous, ce n’est pas à vous qu’ils appartiennent.

Vous pouvez leur donner votre amour mais non vos pensées, Car ils ont leurs propres pensées. Vous pouvez loger leur corps mais non leurs âmes, Car leur âmes habitent la demeure de demain, que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves. Vous pouvez vous efforcer de leur ressembler, mais n’essayer pas qu’ils vous ressemblent. Car la vie ne retourne pas en arrière ni ne s’attarde à hier.

Vous êtes les arcs qui projettent vos enfants telles des flèches vivantes. L’Archer voit la cible sur le chemin de l’infini, et Il vous courbe avec toute Sa force pour que Ses flèches aillent vite et loin. Que cette courbure, dans les mains de l’Archer, tende à la joie ; Car comme Il aime la flèche qui vole, Il aime aussi l’arc qui est stable.

Par Khalil Gibran

Une mère

Une mère

une mère,
ça travaille à temps plein,
ça dort un œil ouvert,
c’est d’garde comme un chien,
ça court,
au moindre petit bruit,
ça s’lève au petit jour,
ça fait des petites nuits,

c’est vrai,
ça crève de fatigue,
ça danse à tout jamais,
une éternelle gigue,
ça reste,

au prés de sa couvée,
au prix de sa jeunesse,
au prix de sa beautée

une mère,
ça fait ce que ça peut,
ça ne peut pas tout faire,
mais ça fait de son mieux

une mère,
ça calme des chamailles,
ça peigne d’autres cheveux
que sa propre broussaille

une mère,
c’est plus comme les autres filles,
ça oublie d’être fière,
ça vit pour sa famille,

une mère,
ça s’confine au bercaille,
c’est prit comme un noyaux dans le fruit de ses entrailles,

une mère,
c’est là qu’ça nous protège,
avec les yeux plein d’eau,
les cheveux plein de neige,

une mère,
à un moment ça s’courbe
ça grince quand ça s’penche
ça n’en peut plus d’être lourde

ça tombe,
ça se brise une hanche,
puis rapidement ça sombre,
c’est son dernier dimanche,

ça pleure,
et ça fond à vue d’œil
ça atteind la maigreur
des plus petits cercueils

oh bien-sure,
ça veut revoir ensemble,
toute sa progéniture,
entassée dans sa chambre,
et ça fait,
semblant d’être encore forte,
jusqu’à s’que son cadet,
ait bien refermé la porte,

et lorsque,
toute seule ça se retrouve,
ça attend dignement,
que le firmament s’entrouvre,
et puis, là,
ça se donne le droit,
de fermer pour une fois,
les deux yeux à la fois,

une mère,
ça devrait pas partir,
mais on y peut rien faire,
mais on y peut rien dire,

Lynda Lemay

075596336369.jpg

Secte

20070104221238_018.jpg

Une secte est un groupe dans lequel on pratique : une manipulation mentale qui entraîne : endoctrinement, contrôle de la pensée, viol psychique.

Une destruction de la personne :

sur un plan :

  • physique : alimentation carencée, manque de sommeil, travail intensif;
  • psychique : altération de la personnalité, du comportement et de l’esprit critique;
  • intellectuel : rétrécissement des champs de connaissances extérieures à la secte;
  • relationnel : régression des capacités de communication;
  • sociale : animosité totale envers le système global de la société;

une destruction de la famille : critiques, attaques, injures, calomnies. Éloignement, rupture de la relation parents/enfants. Séparations, divorces.Voire : une destruction de la société : soit en empêchant les adeptes de participer à la vie sociale et culturelle de leur pays. Soit en demandant à des adeptes d’infiltrer tous les réseaux de la vie économique, politique.
Avec à la base : une escroquerie intellectuelle, morale et financière.

Pour les jeunes parents

neonato.jpg

« …La peine est une émotion naturelle. C’est la part de toi qui te permet de dire à Dieu quand tu ne veux pas ; d’exprimer – de pousser, de propulser – la tristesse en toi lorsque tu éprouves une forme quelconque de perte. Ce peut être aussi bien la perte d’un être aimé, que la perte d’un verre de contact.
Lorsqu’on vous permet d’exprimer votre peine, vous vous en débarrassez. Les enfants à qui on permet d’être triste lorsqu’ils le sont, arrivent à l’âge adulte en ayant une attitude très saine envers la tristesse et, par conséquent, passent très rapidement à travers elle.
Les enfants auxquels on dit : « voyons, voyons, ne pleure pas », ont de la difficulté à pleurer une fois devenus adultes. Après tout, on leur a appris toute leur vie à ne pas le faire. Pourtant, ils répriment leur peine.
La peine continuellement réprimée devient donc de la dépression chronique, une émotion qui n’est pas du tout naturelle.
À cause de cette dépression chronique, des gens ont même tué. Des guerres ont éclaté, des pays se sont effondrés.

La colère
est une émotion naturelle. C’est l’outil qui vous permet de dire : « Non, merci. » Elle n’a pas à être offensante et ne doit jamais nuire à personne.
Lorsqu’on permet aux enfants d’exprimer leur colère, ils arrivent à l’âge adulte en ayant une attitude très saine à cet égard et dépassent donc habituellement très vite leur colère.
Les enfants à qui on a fait sentir que la colère n’est pas correcte – qu’il est mauvais de l’exprimer, et qu’en fait, ils ne devraient même pas la ressentir – auront de la difficulté, devenus adultes, à être en contact avec leur colère d’une façon approprié.
La colère sans cesse réprimée devient de la rage, une émotion qui n’est aucunement naturelle.
À cause de la rage, des gens ont tué. Des guerres ont éclaté, des pays se sont effondrés.

L’envie est une émotion naturelle. C’est l’émotion qui fait qu’un enfant de cinq ans souhaite pouvoir atteindre la poignée de la porte comme le fait sa sœur – ou monter sa bicyclette. L’envie est une émotion naturelle qui vous amène à vouloir refaire une chose ; à fournir plus d’effort ; à continuer à lutter jusqu’à ce que vous y arriviez. Il est très sain et très naturel d’être envieux. Lorsqu’on permet aux enfants d’exprimer leur envie, ils arrivent à l’âge adulte en ayant une attitude très saine à cet égard et dépassent très rapidement leur envie.
Les enfants auxquels on fait sentir que l’envie n’est pas correcte – qu’il est mal de l’exprimer, et qu’en réalité, ils ne devraient même pas la ressentir – auront de la difficulté, une fois devenus adultes, à être en contact avec leur envie d’une façon juste.
L’envie continuellement réprimée devient de la jalousie, une émotion pas du tout naturelle.
À cause de la jalousie, des gens ont tué. Des guerres ont éclaté, des pays sont tombés.

La peur
est une émotion naturelle. Tous les bébés naissent avec seulement deux peurs : la peur de tomber et la peur des bruits forts. Toutes les autres peurs sont des réactions acquises par l’enfant, dans son entourage et, développées par ses parents. Le but de la peur naturelle est de permettre à l’individu d’intégrer un peu de prudence. La prudence est un outil qui aide à garder le corps en vie. C’est une excroissance de l’amour. L’amour de soi.
Les enfants à qui on fait sentir que la peur n’est pas correcte- qu’il est mal de l’exprimer, et qu’en réalité, ils ne devraient même pas la ressentir – auront de la difficulté, une fois devenus adultes, à être en contact avec leur peur de façon appropriée.
La peur continuellement réprimée devient de la panique, une émotion qui n’est pas du tout naturelle.
À cause de la panique, des gens ont tué. Des guerres ont éclaté, des pays se sont effondrés.

L’amour
est une émotion naturelle. Lorsqu’on laisse un enfant l’exprimer et le recevoir normalement et naturellement sans limites ni condition, sans inhibition ni gêne, il n’exige rien d’autre. Car la joie de l’amour exprimé et reçu de cette façon se suffit à elle-même. Mais l’amour conditionné, limité, faussé par les règles et les règlements, les rituels et les restrictions, maîtrisé, manipulé et retenu, n’est plus du tout naturel.
Les enfants auxquels on fait sentir que leur amour naturel n’est pas correct – qu’il est mal de l’exprimer, et qu’en réalité, ils ne devraient même pas la ressentir- auront de la difficulté, une fois devenus adultes, à être en contact avec l’amour de façon juste.
L’amour sans cesse réprimé devient de la possessivité, une émotion qui n’est aucunement naturelle.
À cause de la possessivité, de gens ont tué. Des guerres ont éclaté, des pays se sont effondrés.
Ainsi, les émotions naturelles, lorsqu’elles sont réprimées, produisent des réactions et des réponses qui ne sont pas du tout naturelles. Et chez la plupart des gens, l’ensemble des émotions naturelles sont réprimées. Pourtant, ce sont vos amies. Ce sont vos dons. Ce sont les outils divins avec lesquels vous façonnez votre expérience.
Vous recevez ces outils à la naissance. Ils sont là pour vous aider à négocier la vie… »

« Conversation avec Dieu » de Neale Donald Walsch tome 3

Tu seras un homme mon fils

252680866_b4bdcaa0cd_m.jpg

Tu seras un homme, mon fils.

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et, sans dire un seul mot te remettre à bâtir
Ou perdre d’un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir.

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre,
et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre.

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter les sots,
Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d’un mot.

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frères
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi.

Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,
Rêver, sans laisser ton rêve être ton maître
Penser, sans n’être qu’un penseur.

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu peux être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral ni pédant.

Si tu peux rencontrer triomphe après défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front.
Si tu peux conserver ton courage et ta tête,
Quand tous les autres la perdront.

Alors, les rois, les dieux, la chance et la victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis,
Et, ce qui vaut mieux que les rois et la gloire,
Tu seras un homme, mon fils.

Rudyard Kipling

%d blogueurs aiment cette page :